Livre : Rupture

Pin It

Rupture : Maxima les mémoires déchirées T5

La vérité sur MAXIMA

Maxima se montre, Maxima se dévoile, dans toute sa splendeur, dans toute son horreur.

Il indiqua des endroits sur la maquette. On voyait comme des portes.

— Les prisonniers descendent par ces ouvertures. Les salles blanches… il défit des fixations sur le côté, enleva la partie supérieure… Les salles blanches sont ici et là… Parvenus à cet endroit, les détenus avaient quasiment perdu leur identité propre. L’essentiel était fait, ne restaient que les phases ultimes. C’est pour cette raison que très peu ont le souvenir des salles blanches.

Et puis, après la compréhension, viennent les inquiétudes, terribles, incroyables, et tellement déstabilisantes.

Tout est bouleversé dans ce monde, unique, à part, inconcevable, où rien ne correspond à rien et ou la réalité n’est surtout pas celle que l’on pouvait imaginer.

***

Elle pâlit, serra les poings. La brune, « gros nez », la pièce, tournèrent légèrement, se stabilisèrent.

— Ils l’ont fait ? Hein c’est ça ?

— …

— Non, c’est pire, c’est vous, c’est vous qui l’avez fait, hein ? C’est ça ? J’ai raison. Vous avez fait Maxima ?

— Bienvenue sur Ferta II, la deuxième unité logistique de Maxima.

— C’est pour ça que vous m’aviez attachée, vous aviez peur que je me réveille trop tôt et que je vous fasse bouffer tous vos appareils.

Elle essaya à nouveau de se lever. Jack s’approcha, la brune fit un geste.

— Laisse.

Marie descendit ses jambes sur le sol, une, puis l’autre. Elle se tint à la table. Elle appuya ses pieds sur le lino brillant de la chambre. Elle réussit à tenir debout.

Elle saisit un pied à perfusion et fit quelques pas dans la pièce.

— Je vais vous donner une béquille, ce sera plus simple.

— Une béquille… à moi. Elle sourit, une béquille à votre pire ennemie.

À cet instant la porte s’ouvrit et deux hommes entrèrent. Elle reconnut le Noir à l’écharpe. Il était venu la veille.

— Ça va mieux ?

— Je crois qu’elle a compris pas mal de choses, fit la brune.

— Ça nous évitera des pertes de temps. Plus elle se rappellera et moins on aura à raconter.

— Vous allez devoir me tuer, docteur Jack, je ne pense pas que nous puissions être amis.

https://www.amazon.fr/dp/B088D9QHQX

Pin It
Cette entrée a été publiée dans Livres, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>