Livre : Ce matin-là…

Pin It

Ce matin-là… premier jour après la pandémie…

Questions à l’auteur :

Q : Ce matin là ! est un livre qui décrit la fin de l’humanité sur fond d’épidémie. Pourquoi ce sujet ?

Il s’agit là d’un thème d’actualité qui me préoccupe. On parle régulièrement des virus mutants de la grippe aviaire, de l’Ebola. On évoque la menace qu’ils font peser sur l’humanité. Et puis, surtout, j’ai toujours été intéressé par le thème de la survivance, sur la manière qu’aurait un petit groupe de s’organiser après une catastrophe. Quelle dynamique se met en œuvre ? comment s’organisent les interactions entre les individus ? les rapports de pouvoir ? de domination ? Comment se fait la mise en place d’un leadership ? la gestion des décisions ? le partage des ressources ?

Q : Une de vos lectrices indique que votre roman rappelle Malevil par certains aspects.

Je la remercie, et c’est pour moi un véritable hommage que d’être comparé à Robert Merle. Il est vrai que dans Malvil comme dans Ce Matin-là les rescapés doivent s’organiser pour survivre. Cependant, il existe une différence importante, liée à l’époque et aux conditions de l’apocalypse. Chez Robert Merle, le groupe survit à une explosion nucléaire qui détruit tout. Dans Ce matin-là, l’épidémie tue les hommes, mais les magasins, eux, restent remplis. Tout est à disposition, la société de l’abondance offre aux survivants des réserves considérables en nourritures, en médicaments, mais aussi en armement. Tout est à disposition, il n’y a qu’à se servir.

Q : Comment passe-t-on du roman policier au roman postapocalyptique ?

Je n’ai pas l’impression d’être passé d’un style à un autre, d’avoir fait un grand écart. Il me semble avoir conservé dans la façon d’écrire une structure et certains ressorts qui sont propres au roman policier, mais aussi au roman d’aventure.

Q : Est-ce que le héros vous ressemble ?

Jonathan ! je ne sais pas ! En tout cas, la question que je me posais en le faisant évoluer, en le faisant agir c’était toujours : et moi, qu’est-ce que je ferais à sa place ? comment est-ce que j’agirais dans ces circonstances-là ? Et je dois dire que je n’étais pas forcément d’accord avec ses choix.

***

Ce matin-là… premier jour après la pandémie…

Un virus a décimé la population d’une zone incroyablement vaste. Jonathan s’est éveillé, seul survivant, de sa famille, du village, du département, de…  Son projet est simple : se suicider après avoir enterré ses proches. Simple, à vrai dire non ! Pas évident de mettre le canon dans sa bouche et d’appuyer sur la détente.

Il est tiré de son dilemme par la sonnerie du téléphone…

Pendant ce temps, dans la région d’Orléans, Gabriel Cousin, découvre qu’il est missionné par Dieu pour reconstruire le pays. Il commence à constituer ce qu’il appelle la nouvelle armée française. Sous le nom de “Colonel Herman Cortes”, il va s’acquitter avec compétence de ce qu’il pense être sa mission, “séparer le bon grain de l’ivraie”. Ses méthodes sont à l’image de sa folie.

Le thème de la robinsonnade dans un univers de surabondance. Les survivants vont devoir s’adapter à un monde où les rayons des supermarchés et des armureries sont pleins. Tout est là, à disposition pour alimenter la folie des hommes, pour  les pousser à s’entretuer, à en finir une bonne fois pour toute avec l’espèce humaine.

Un thriller futuriste qui prend le lecteur aux tripes… et si ça arrivait. Et si ce matin-là, c’était demain.

Télécharger ebook pour kindle ou commander la version brochée

Pin It
Cette entrée a été publiée dans Livres, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>