Le tueur

Pin It

Le tueur.

L’homme ne prit pas la peine de retirer le couteau du corps à présent totalement inerte; il se leva et se dirigea vers la porte.

La pièce était sombre, le soleil glissait des rayons chargés de poussières par les interstices des planches disjointes. Elles avaient été clouées à la va-vite en travers des fenêtres, après que les gamins du quartier aient achevé de briser les dernières vitres. Le sol était jonché de débris, ça et là, des seringues usagées, un vieux préservatif, des morceaux de verres, des canettes bosselées, de tout, de rien… Les appartements déserts servaient de repère à ce que la ville avait de pire. Même les SDF fuyaient ses lieux. Ici, on tuait, on mourait, pour une dose, ici les filles se vendaient pour une ligne. Ici, on se fusillait le cerveau à coup de vapeurs de crack respirées dans des vieilles dosettes à pastis. Ici, on n’était plus dans la vie et pas encore dans la mort…

Il avança d’un pas assuré, fier, après, c’était toujours comme ça, après. Après il n’hésitait pas, il ne chancelait plus. Il allait reprendre sa voiture, et à nouveau sillonner les rues. Il allait pouvoir croiser ses semblables sans baisser le regard… il allait… Après, juste après, il devenait un homme. Il songea à la voiture rouge, garée sous le palmier. Il imagina le bruit de la portière qui se refermait. Il se vit sur la quatre voix en direction de l’océan, le vent lui fouetterait le visage, le… Ca ne durait jamais longtemps, c’était même chaque fois plus court, plus frustrant, plus injuste. Il savait que demain, après demain il devrait choisir une autre proie. Il viendrait la saigner ici, ici c’est la mort qui était normale… un pas, deux pas, trois pas, il tendit la main vers la poignée de la porte. Un vieux bouton en cuivre sale et mal ajusté. Il commença à tourner, songea à sa voiture à l’air sur son visage, et il entendit. Un bruit, non pas un bruit un soupir… Il suspendit son geste, regarda dans la pièce, le lit, la morte, le sang qui coulait goute à goute sur le plancher crade, la poussière qui buvait la flaque rouge… sur la gauche, un placard une penderie… il identifia le bruit, quelqu’un avait reniflé, quelqu’un pleurait… un gamin, un témoin. Il revint au cadavre, arracha le couteau, cela fit un mauvais bruit de succion. Un témoin, il sourit, un rictus, une grimace, il allait arranger ça…

Bernard Boudeau 5 Avril 2011.

“Un tueur en série est un meurtrier récidiviste. Il se caractérise par sa boulimie de meurtres, par le plaisir qu’il tire de ses actes. Un tueur en série se caractérise généralement par le fait qu’il n’existe aucun lien entre lui et sa victime… il ne connait pas sa victime avant de la choisir.”

Pin It
Cette entrée a été publiée dans Nouvelles, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>