Livre : Fallait pas venir !

Pin It

Fallait pas venir    -  Un putain de polar agricole

https://www.amazon.fr/dp/B078ZJPKM4

Une disparition. Un cadavre dans une tourbière. Et puis la Josette, qui va et vient sur le chemin reliant la route au village. Des clapiers à l’ancienne école, elle voit tout, entend tout, sait tout et ne dira rien, jamais.

A quoi bon parler ? à qui ? Aux vacanciers du gîte ? aux Parisiens ? au cocu ? Personne a été les chercher. S’ils sont pas contents z’avaient qu’à pas v’nir.

Ni eux ni personne.

Citation :

Un craquement la fit bondir, l’épouvante revint, l’angoisse de la proie devant le prédateur. Fuir, toujours fuir. Ce fut comme un réflexe de survie, elle bondit en avant, filant à toute allure dans ce qui était parfois un chemin, parfois un sentier. La sueur dégoulinait de son front, collait à ses vêtements. Les battements de son cœur devaient atteindre des records.

La branche la cueillit en pleine tête. Un coup violent, son agresseur avait eu le temps de la voir venir, de calculer son élan. Lui connaissait les lieux, pas elle.

Elle tomba, roula dans la pente, glissa sur des feuilles qui lui firent comme un lit. La blessure à la tempe saignait légèrement. L’homme s’approcha. Il tenait toujours à la main le gourdin avec lequel il avait cogné.

Il s’accroupit, lui caressa le visage, promena une main sur sa poitrine, la glissa sous le tee-shirt. Le contact de la peau le fit frémir, l’excita. Il poursuivit son exploration, s’attarda sur les seins, sur le ventre. Les attouchements durent la réveiller, elle ouvrit les yeux, le reconnut. Il lui fallut un temps pour réaliser, pour comprendre ce qui se passait. Lui, penché sur elle, en train de la tripoter, de…

Le hurlement qu’elle poussa les surprit tous les deux.

L’homme se releva d’un bond. Elle prenait son élan pour hurler à nouveau. Il frappa, comme une brute, un coup, deux coups, d’autres. Il poursuivit avec la régularité d’un sonneur de gong, jusqu’à ce que le visage de sa victime soit totalement méconnaissable. Jusqu’à ce que ses yeux cessent de le regarder, cesse de lui dire l’horreur de ce qu’il venait de faire.

Pin It
Cette entrée a été publiée dans Livres, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>